Cet espace a pour vocation de rendre compte de la mobilisation de l'équipe pédagogique et des parents d'élèves du collège de la Grange-aux-Belles. Cet établissement classé ZEP du Xe arrondissement de Paris se voit retirer 38,58 heures hebdomadaires d'enseignement pour la rentrée 2008.
Devant la forte mobilisation de deux autres collèges du Xe arrondissement, vous trouverez des articles concernant les établissements Bernard Palissy et Valmy dans la rubrique Thèmes "autres collèges"

dimanche 16 mars 2008

Les photos de la manifestation du 15 mars

Parents, enseignants et élèves des quatre collèges du 10e ont bloqué la rue de Lancry et le quai de Jemmapes le 15 mars 2008 de 15 h à 16 h.


Voir toutes les photos

jeudi 21 février 2008

Les parents du collège Palissy appellent à la mobilisation

Les parents d'élèves du collège Palissy, qui occupent les locaux de leur établissement depuis le 15 février, "occupent" aussi ce blog. Ils souhaitent que les différents collèges et lycées parisiens mobilisés coordonnent leurs actions. Toutes les contributions sont donc les bienvenues. Pour me contacter allez voir mon profil ou postez un commentaire.

Leur communiqué d'aujourd'hui :

Jeudi 21 février 2008

NOUVELLES DU COLLEGE BERNARD PALISSY


La mobilisation contre la suppression de 70 h de cours
au collège l’année prochaine est payante :

8 jours de grève des professeurs et 1 semaine d’occupation des parents :
il ne s’agit plus de supprimer « que » 30 heures.

Trente heures de moins cela signifie une classe de 6ème de moins soit seulement 2 classes de 6ème l’année prochaine. Des enfants du quartier ne pourront donc pas être acceptés.

A terme, c’est la fermeture du collège qui est programmée :
2 classes par niveau, 8 classes au total, ce ne sera pas assez rentable…

Les 30 parents présents ce matin au collège ont donc décidé de poursuivre l’action. Ils ont bloqué les cours de toutes les classes de 8 à 9 h puis se sont rendus au rectorat pour faire connaître leur détermination à poursuivre le mouvement.

Ils ont reçu le renfort de parents FCPE du collège La grange aux Belles et ont retrouvé sur place des enseignants et des parents du collège Pilâtre-de-Rozier (11ème) et du Lycée Raspail (14ème). La délégation de ce lycée, qui a pu obtenir un rendez-vous, s’est fait notre porte-parole auprès du représentant du recteur.

Au total, des délégations d’une dizaine d’établissements parisiens reçues au rectorat entre hier et aujourd’hui !


POURSUIVONS L’ACTION ENSEMBLE !

Suivre les nouvelles sur le blog de la Grange aux Belles :
http://gab-en -soldes.blogspot.com

samedi 16 février 2008

Les parents prennent le relais au collège Palissy

L'équipe enseignante a enfin obtenu un rendez-vous avec M. Moreau, l'inspecteur d'académie, le vendredi 15 février à 14 h. Cela après six jours de grève et une manifestation devant le rectorat le jeudi 14 février avec les trois autres collèges du Xe arrondissement.

Réunis jeudi soir, parents et enseignants ont préparé les actions du lendemain. Environ 150 parents ont signé deux pétitions – une réclamant plus d'heures d'enseignement pour le collège entier, une autre concernant plus particulièrement la classe d'UPI (écouter l'interview plus bas) –, qui seront transmises à l'inspecteur d'académie, et décident d'occuper à tour de rôle le collège jusqu'à ce qu'ils obtiennent satisfaction .

Le rendez-vous au rectorat n'a pas, semble-t-il, donné de grands résultats puisque l'occupation est reconduite pour lundi matin.

La délégation reçue par M. Moreau, l'inspecteur d'académie, après la manifestation de jeudi a néanmoins obtenu le réexamen des cas des trois collèges du Xe les plus touchés par la diminution des heures d'enseignement (Grange-aux-Belles, Palissy et Valmy). Une nouvelle annonce devrait avoir lieu le 19 février dans la soirée.

« Obtenir plus d'heures pour notre collège en en déshabillant un autre n'est pas satisfaisant. Les parents des collèges concernés doivent se battre ensemble et rester mobilisés aussi dans les années à venir. Nous ne devons pas tolérer de nouvelles diminutions des dotations horaires dans des établissements comme les nôtres », a déclaré une mère d'élève motivée en charge du standard vendredi dernier.


video
Ecouter l'interview de Brigitte Lanselle, chargée du dispositif UPI à Palissy

jeudi 14 février 2008

Manifestation devant le rectorat



« Collèges en soldes », « Zone d'Education en Perdition » pouvait-on lire sur les banderoles des équipes pédagogiques et parents des quatre collèges du Xe arrondissement de Paris. Assemblés aujourd'hui vers 14 h 30 devant le rectorat de Paris, ils protestaient contre la diminution des heures d'enseignement dans ces établissements.
Les enseignants sont venus déchirer et répandre devant le rectorat les livrets de compétences des élèves, supports d'un projet pilote pour lequel les collèges de l'arrondissement ont été sollicités. « Ce n'est pas le projet des livrets de compétences qui est remis en cause. Notre action constitue un geste symbolique de protestation. Nous n'avons pas obtenu assez d'heures pour assurer l'an prochain un enseignement de qualité, notamment pour les élèves les plus défavorisés, très nombreux dans nos établissements classés ZEP ou REP », explique une enseignante de la Grange-aux-Belles.
Depuis le 7 février, enseignants et parents des collèges Grange-aux-Belles, Palissy et Valmy mènent des actions contre la diminution des heures d'enseignement annoncée le 4 février (lire aussi). Le rectorat a revu sa copie et annoncé hier au soir vers 19 h l'attribution de 24 heures de dotation horaire globale (DHG) pour chaque établissement.

« Nous ne pouvons pas nous contenter de 24 heures sur les 70 qui nous ont été supprimées », affirme un enseignant du collège Palissy, en grève depuis le 7 février (lire aussi). Trop peu, selon lui, pour garantir des effectifs satisfaisants dans les classes, le bon fonctionnement des dispositifs d'aide aux élèves en difficultés et l'intégration des élèves de la classe UPI (une unité d'accueil pour 11 enfants atteints de psychoses lourdes).
Le collège Palissy a voté ce matin le maintien de la grève et l'action devant le rectorat avec les autres collèges. Pour la Grange-aux-Belles et Valmy, en grève les 7 et 8 février, certains enseignants ont assuré leurs cours et d'autres se sont rendus au rectorat. Plusieurs enseignants du collège Louise-Michel, plus discret depuis le début des actions, se sont joints à la délégation.

Nous attendons, à cette heure, des nouvelles des huit personnes de la délégation reçues par l'inspecteur d'académie...


video
Intervention d'Olivier Giraud, enseignant à la Grange-aux-Belles



video
Jets de livrets devant le rectorat

La FCPE appelle à la mobilisation contre les dotations horaires

La FCPE-Paris ne siègera pas à la réunion du CDEN (Conseil départemental de l'Education nationale) prévue le 15 février. Un boycott qui vise à dénoncer « des manœuvres politiques réalisées au détriment de la réussite de tous les élèves et de la sérénité des établissements ».

Pour protester contre « une logique cynique et destructrice qui enfonce encore plus les établissements en difficulté », la Fédération appelle les parents d'élèves à se joindre à la manifestation des syndicats des personnels de l'Education nationale, le vendredi 15 février à 14 h, place Edmond Rostand (M° Luxembourg). Qu'on se le dise.

Lire le PDF du communiqué

mercredi 13 février 2008

Le collège Palissy toujours en grève


C'est le collège du Xe arrondissement de Paris le plus touché par la diminution de la dotation horaire globale (DHG). Les 70 heures supprimées représentent une perte de 25 % de ses heures d'enseignement. De lourdes conséquences sur le fonctionnement de cet établissement sont à prévoir, notamment la fermeture de deux classes (une classe a déjà été fermée à la rentrée 2006), des effectifs de classes de 6e dépassant les trentre élèves, et la suppression du soutien en français et en mathématiques. De lourdes conséquences donc sur la qualité de l'enseignement pour l'ensemble des élèves et surtout pour les plus défavorisés. Les enseignants ont par ailleurs renoncé à mettre en place les programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE) par manque de moyens.

Le collège n'est pas classé ZEP mais REP (et bénéficie donc de moins d'aides), ce qui aux dires des enseignants ne se justifie plus. En effet, dans l'arrondissement, 40 % des élèves quittent les établissements publics en faveur du privé, réduisant fortement la mixité sociale. De plus, une classe de non-francophones a été fermée il ya deux ans, et les enfants ont été redistribués dans les classes.

Les 38 heures supplémentaires (HSA) accordées, insuffisantes pour éviter les fermetures de classes et impossibles à redistribuer sur les dispositifs d'aide, n'atténuent pas la colère et le découragement des enseignants. D'autant que ce collège héberge une UPI (Unité pédagogique d'intégration), classe d'accueil pour des enfants présentant des psychoses très lourdes. Ces enfants censés participer à certains cours ne peuvent intégrer des classes aux effectifs trop importants.

A ce jour, les enseignants n'ont toujours pas été reçus par le rectorat et ont décidé de continuer la grève. Deux AG sont prévues jeudi 14...

mardi 12 février 2008

Appel commun des collèges Bernard Palissy, Valmy et Grange-aux-Belles

Le collège La Grange aux Belles, établissement ZEP situé dans le 10ème arrondissement, a cessé le travail et voté très massivement une grève reconductible le jeudi 7 février juste après avoir pris connaissance de sa nouvelle DHG. Il était rejoint le vendredi 8 par les collèges Bernard Palissy et Valmy également situés dans le 10ème arrondissement. Devant le refus du rectorat de leur accorder un rendez-vous, Bernard Palissy était toujours en grève les lundi 11 et mardi 12.

Les DHG (dotation horaire globale) 2008 de nos trois collèges connaissent effectivement un recul inquiétant :
- 39 heures à La Grange aux Belles
- 25 heures à Valmy
- 70 heures à Bernard Palissy (soit 25% des heures d’enseignements)

Le recours massif aux heures supplémentaires (HSA et HSE) ne peut en aucun cas constituer une réponse satisfaisante à la baisse des DHG. Les conséquences de ces réductions sont d'ores et déjà prévisibles et vont affecter dramatiquement le fonctionnement normal de nos établissements :
- Fermeture de certaines classes et augmentation très sensible des effectifs par classe dans les collèges non ZEP
- Suppressions de postes dans certaines disciplines et/ou enseignants partagés entre plusieurs établissements
- Suppressions de nombreux dispositifs d'aide et de soutien aux élèves les plus en difficulté (modules de Français, heures de soutien en Mathématiques, heures de remotivation pour les élèves « décrocheurs », heures de préparation à l'orientation, aide individualisée...)

Nous estimons donc aujourd'hui nous trouver dans l'impossibilité d'assurer pour l'an prochain un enseignement de qualité en particulier à destination des élèves les plus défavorisés pourtant très nombreux dans nos établissements. Nous rappelons par ailleurs que l'Education nationale laisse déjà échapper plus de 40% des élèves du primaire vers des collèges privés dans notre arrondissement.

En conséquence nous appelons l'ensemble des établissements parisiens à se mobiliser et à nous rejoindre dans notre lutte contre les réductions massives des DHG, la suppression des postes d'enseignants et le recours systématique aux heures supplémentaires.

Les enseignants des collèges Palissy, Valmy et Grange aux Belles

Deux jours de grève au collège la Grange-aux-Belles


2 000 heures d'enseignement supprimées en septembre 2008 pour les collèges parisiens. C'est la nouvelle dotation horaire globale (DHG) annoncée par le rectorat le 4 février dernier. Pour la Grange-aux-Belles, un des quatre collèges du Xe arrondissement, cela représente une perte de 38,58 heures hebdomadaires d'enseignement. S'ajoutant aux 160 heures hebdomadaires perdues depuis 2004. Une remise en cause sérieuse de modules et d'heures, notamment en mathématiques et en français, et de dispositifs spécifiques mis en place comme les programmes personnels de réussite éducative (PPRE) ou les heures de préparation à l'orientation (TSO). L'adieu, donc, aux « avantages » accordés aux collèges de ZEP (zone d'éducation prioritaire). Seul le « privilège » du maximum de 25 élèves par classe serait conservé. De quoi provoquer la colère de l'équipe éducative qui décide, à 96 %, un débrayage le jeudi 7. La grève sera reconduite le lendemain.

Des directives mais pas de moyens

Pourtant, des dispositifs comme les PPRE ou certains enseignements en demi-groupes sont obligatoires. En outre, les annonces de Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale, le 19 juillet 2007 laissaient présager des moyens suffisants concernant les programmes personnalisés de réussite éducative mis en place dès la rentrée 2007. Ces derniers sont sérieusement remis en cause par les suppressions d'heures d'enseignement.

Après avoir été reçus au rectorat le vendredi 8, les enseignants décident, en restant mobilisés, de reprendre les cours le lundi suivant. Une délégation des collèges GAB, Valmy, et Palissy a été d'ailleurs été reçue ce même jour par M. Dreyfus, maire du Xe arrondissement, M. Leroux, chargé des affaires scolaires, et M. Féraud, candidat aux élections municipales. Ces derniers ont assuré qu'ils feront valoir auprès de l'académie de Paris les arguments avancés par les enseignants concernant les spécificités des collèges classés ZEP.
Les parents d'élèves ont, quant à eux, envoyé un courrier à l'inspecteur d'académie et ont demandé à être reçus en mairie.

L'annonce de la dotation horaire globale définitive devrait avoir lieu ce soir. Une AG est prévue au collège à 17h 30. A suivre...

Le collège Palissy est à ce jour encore en grève, les enseignants n'ayant pas obtenu d'entretien avec l'inspecteur d'académie.